La filière fruits et légumes en Nouvelle-Aquitaine

  • Catégorie : Economie - Industrie
Nouvelle-Aquitaine : une des plus importantes régions françaises à forte diversité de production orientée vers la diversité et la qualité pour la filière fruits et légumes. Infographie
Nouvelle-Aquitaine : une des plus importantes régions françaises à forte diversité de production orientée vers la diversité et la qualité pour la filière fruits et légumes. Infographie

De la production à la mise en marché en passant par la transformation, hors commerce de détail, la filière fruits et légumes de Nouvelle-Aquitaine emploie 10 400 salariés. Elle représente 0,6 % de l’emploi salarié régional, dans 4 300 établissements.

La Nouvelle-Aquitaine se classe au quatrième rang des régions métropolitaines avec 11 % des effectifs nationaux de la filière. Elle se distingue par la diversité de ses produits et de ses modes de production. L’emploi, réparti sur l’ensemble de la région, est plus fort dans la production.

En aval, les entreprises de transformation et du commerce de gros sont implantées au coeur des bassins de production, essentiellement sur quatre départements ; peu d’établissements sont de grande taille. Le Lot-et-Garonne, aux productions variées, emploie à lui seul le tiers des salariés de la région. Le salariat est majoritairement masculin, jeune, avec plus d’ouvriers qu’ailleurs en France.

La rémunération moyenne des salariés est ainsi inférieure à celle de l’ensemble de l’économie régionale, et à celle du reste de la filière France entière.

Nouvelle Aquitaine 2018 infographie filière fruits légumes

3 000 non-salariés, en majorité des chefs d’exploitations agricoles

Près de 3 000 non-salariés complètent l’emploi dans la filière fruits et légumes en Nouvelle-Aquitaine en 2015 ; ils représentent 1 % de l’ensemble des non-salariés néo-aquitains. La région regroupe 14 % des non-salariés de la filière. Neuf sur dix sont présents dans le segment de la production avec une répartition équilibrée entre culture de légumes et culture de fruits. Exerçant au coeur des zones de production, plus de la moitié d’entre eux se concentrent dans quatre départements. Ils sont plus âgés que les salariés permanents, mais plus jeunes que leurs homologues des autres filières agricoles. La moitié des non-salariés ont moins de 50 ans, 10 % ont plus de 60 ans. Si la part des femmes est inférieure à celle observée chez les salariés, elle se rapproche de celle des salariées de la production.

De nombreux travailleurs occasionnels

En production de fruits et légumes, les pics d’activité entraînent des besoins en main-d’oeuvre irréguliers. La moitié des exploitations fruitières ou maraîchères ont recours à une main-d’oeuvre saisonnière ou occasionnelle. Selon les données de la MSA, en 2015, ces exploitations ont souscrit 40 000 contrats occasionnels (moins de trois mois travaillés dans l’année), pour 5,5 millions d’heures travaillées. La masse salariale s’élève à 62,8 millions d’euros, soit 20 % des 319 millions enregistrés par la MSA pour le secteur des cultures spécialisées.

Tous les résultats de l’étude réalisée en partenariat avec la Draaf de Nouvelle-Aquitaine sont consultables dans la dernière publication de l’Insee "Analyses Nouvelle-Aquitaine n°66 : La filière fruits et légumes en Nouvelle-Aquitaine, orientée vers la diversité et la qualité" et téléchargeables gratuitement sur le site www.insee.fr

Le périmètre de la filière fruits et légumes retenu dans cette étude intègre toutes les activités qui, d’amont en aval, valorisent les fruits et les légumes, dans une logique de production. Les activités de commerce de détail, relevant davantage d’une logique de consommation, sont exclues, comme celles induites telles l’entretien, la restauration, ou génériques telles la formation, la coopération, etc. Le périmètre « conventionnel » de la filière fruits et légumes est défini à partir d’une liste de codes d’activités de la nomenclature d’activités française. Ces activités sont réparties selon leur degré d’implication dans la filière :

  • les activités du « coeur de la filière », totalement tournées vers la filière (production de fruits et légumes, transformation et conservation de fruits et légumes, préparation de jus de fruits et légumes, commerce de gros de fruits et légumes). Tous les établissements de ces activités appartiennent à la filière ;
  • les activités « partielles », dont une partie seulement concourent à la production de la filière (intrants agricoles, machines agricoles et industrielles, conditionnement, stockage, entreposage, transport, organismes professionnels). Pour les établissements de ces activités, il est souvent impossible de déterminer la part de leur activité spécifiquement dévolue à la filière.

Par conséquent, cette étude se concentre uniquement sur les activités de coeur de filière. Les activités de culture de la vigne, et celles liées à la filière viti-vinicole, ont été exclues du périmètre de l’étude. (cf Insee Analyses « Bordeaux-Aquitaine et Charentes-Cognac, piliers de la filière viti-vinicole »)

De même, certains établissements tels Blédina, Marie surgelés, etc., transformant des fruits et légumes, enregistrés dans d’autres secteurs d’activité principale, ne sont pas comptabilisés dans cette étude.


 

Articles similaires

Landes : un pic du nombre de collégiens en 2021 Le département des Landes bénéficie d’une croissance démographique soutenue, cependant ralentie sur la période récente, à la fois par un moindre apport migratoire et la détérioration de son solde natu...
Nouvelle-Aquitaine : bilan économique 2018 en bref et en inf... En Nouvelle-Aquitaine, la croissance perdure en 2018, mais avec une moindre intensité, à l’image du PIB français qui augmente de 1,7 % après + 2,3 % en 2017. L’essor des créations d’entreprises et le ...
Conjoncture régionale : croissance hésitante pour l’industri... Au 4ᵉ trimestre 2018, malgré un environnement international assombri et toujours marqué par les incertitudes, le rythme de croissance accélère timidement en Nouvelle-Aquitaine. Ce faible regain s’acco...
Nouvelle-Aquitaine : infographie sur le parc hôtelier Au 1er janvier 2019, la Nouvelle-Aquitaine compte 1 883 hôtels, un peu moins qu’en 2015. Cependant, la capacité d’accueil progresse légèrement et atteint 55 121 chambres. Cinquième région française pa...
Les femmes et la vie politique locale en Nouvelle Aquitaine Sous l'effet des lois en faveur de la parité adoptées depuis le début des années 2000, les assemblées locales comptent désormais presque autant de femmes que d'hommes. Mais il n'en va pas de même pour...