Laura Carpentier-Goffre : lauréate du concours d'écriture Sororistas

  • Catégorie : Bordeaux Métropole
Covid contre Goliath de Laura Carpentier-Goffre, un conte poétique et engagé, texte lauréat du concours d’écriture Sororistas
Covid contre Goliath de Laura Carpentier-Goffre, un conte poétique et engagé, texte lauréat du concours d’écriture Sororistas

Organisée dans le studio Master Films à Toulouse, ville de naissance du collectif, vendredi 15 janvier dernier s’est tenue la cérémonie de remise de prix du concours "Sororistas – Les femmes écrivent le monde de demain", l’aboutissement d’une formidable ....

.... aventure collective qui a mobilisé, depuis le printemps 2020, plus de 150 femmes, et suscité près de 600 contributions.

Devant plusieurs centaines d’internautes connectés en live sur YouTube, Geneviève Brisac, la présidente du jury, a remis le prix Sororistas à Laura Carpentier-Goffre, pour son texte « Covid contre Goliath ».

Léquipe Sororistas Lydie Lecarpentier

Ce conte éco-féministe, qui a particulièrement bouleversé les membres du jury, reflète parfaitement la richesse, l’ouverture et la diversité du parcours aux multiples facettes de cette trentenaire, à la fois sociologue conteuse et animatrice d’éducation populaire.

« Covid contre Goliath » un conte éco-féministe poignant
.... reflet du parcours de son autrice, Laura Carpentier-Goffre

Laura Carpentier-Goffre est une femme aux multiples facettes : doctoresse en sociologie politique, conteuse, animatrice d’éducation populaire et apprentie thérapeute. Dans le cadre de son cursus à Sciences Po, cette jeune trentenaire, qui habite désormais à Saint-Médard-en-Jalles (33), a soutenu une thèse en décembre dernier sur le thème du travail domestique et des violences sexuelles en Bolivie et au Pérou.

Laura Carpentier GoffCes dernières années, ses recherches l’ont amenée à passer plusieurs mois dans ces deux pays. Elle y a côtoyé des féministes, des éco-féministes, des féministes communautaires, et y a découvert l’art du conte tel que pratiqué en Amérique Latine. « Une tradition, un moment de partage qui réunit la communauté, enfants et adultes, autour d’histoires, qui témoignent du passé mais également des aspirations communes pour changer le monde. » Ces rencontres ont nourri son imaginaire, et dès 2014, elle a commencé à écrire des contes.

En parallèle de sa thèse, mue par une volonté de ne pas « seulement » être une chercheuse, d’agir dans le domaine de l’éducation populaire, elle a monté en 2015 une compagnie de théâtre, baptisée « Les Culottées du bocal ». Basée à Paris mais intervenant dans la France entière, cette association propose des spectacles et des ateliers sur les violences sexistes et sexuelles, pour adultes (notamment en entreprise) mais également pour les enfants, dans le cadre scolaire.

En 2018, Laura Carpentier-Goffre a pris part au livre « Contes qui guérissent, contes qui aguerrissent », réunissant trois récits autour du thème de la sororité. Un ouvrage collectif, écrit avec 2 autres autrices et la contribution de 3 illustratrices. Un second tome, centré sur un seul conte, est sorti en décembre dernier. L’impression de ces deux ouvrages, qui sont disponibles dans les librairies parisiennes Publico et Quilombo, a été rendue possible grâce à des campagnes de crowdfunding.

Sa volonté de « remettre le monde à l’endroit avec des mots » l’a poussée à participer au concours Sororistas, avec un texte poignant, porteur des valeurs écoféministes qui lui sont chères, baptisé « Covid contre Goliath ». Raconté à la manière d’un conte, le David du une femelle pangolin courageuse, baptisée Padmiri, qui décide de ne plus avoir peur des « Sur-Deux- Pattes ». « J’espère que la crise sanitaire que nous traversons depuis un an maintenant va nous pousser à repenser notre manière à nous, les humains, de cohabiter, d’une part, entre les femmes et les hommes, mais aussi avec les autres espèces qui peuplent notre Terre. »

Outre la qualité de son récit, son texte a été salué par les membres du jury pour l’utilisation d’une écriture non- sexiste, tout particulièrement par Eliane Viennot, ainsi que par Noémie de Lattre, deux personnalités très engagées sur ce sujet du langage égalitaire.

sorosistas

Il était une fois… Le concours d’écriture Sororistas

Au printemps 2020, le collectif Sororistas voyait le jour, porté par la conviction que pour imaginer un monde d’après plus désirable, nous avons besoin du regard des femmes, une conviction mise à mal par le confinement durant lequel celles-ci ont été, un peu plus encore qu’à l’accoutumée, éclipsées dans les médias.

Pour leur redonner la parole, le collectif Sororistas a lancé, en juin 2020, un appel à l’analyse et à l’imaginaire de toutes les femmes de la francophonie à travers un concours d’écriture, dont le principe était simple : Sororistas cycle« Nous sommes le 31 décembre 2030. Mettez-vous dans la peau de celle que vous serez à la fin de cette décennie qui a débuté avec la pandémie COVID-19, impactant la terre entière. À travers un récit libre (journal, nouvelle, reportage, etc.), vous partagez votre imaginaire, vos convictions ou vos analyses. Vous racontez ce que vousavez vécu depuis le confinement de 2020 et ce qu’est devenu le monde. Par l'écriture vous participez à la création d'un monde nouveau. »

L’initiative a dépassé les attentes et a mobilisé un collectif de plus de 150 femmes. Près de 600 textes ont été reçus entre le 1er juin et le 31 août 2020, écrits par des autrices dont seulement 15% sont écrivaines professionnelles, 27% n’ont jamais écrit dans un cadre professionnel ou de concours et 58% écrivent occasionnellement.

Le concours Sororistas a dépassé les frontières, avec des écrits venant non seulement de France, mais aussi d’Europe, d’Australie, du Bénin, de la Bolivie, des Etats-Unis, du Canada, du Cameroun,d’Haïti… Autant de données qui illustrent qu’il y a, chez les femmes, une soif et une volonté de s’exprimer et d’être entendues, et leur capacité à se saisir des opportunités qui leur sont offertes. «Alors que nous sortions dupremier confinement, qui aurait pu être synonyme de repli sur soi, nous avons au contraire pu découvrir beaucoupde textes empreints de solidarité et de bienveillance » relève le collectif Sororistas

Articles similaires

Jean Laffitte de Next-Safe, un directeur de Marché solidaire... Jean Laffitte est le directeur de Marché de Next-Safe, entité du groupe Next, dédiée à la fabrication de masques chirurgicaux et FFP2 français, en Charente. Spécialiste de la sécurité alimentaire, les...
Des guides Amoureux pour la relance du Tourisme ! C'est le moment de tomber amoureux ! Vivre différemment ? C'est devenu une certitude, profiter de l'instant, de la vie, prendre le temps, apprécier, découvrir,  puis  partager... passio...
L’hôtel des Deux Vallées : roman de Sandrine Biyi Romancière néo-aquitaine, Sandrine Biyi écrit sur les XI et XII siècles, période de prédilection pour cette auteure qui a ses racines bien ancrées dans cette terre d’eaux, entre Gascogne et Entre-deux...
Nouvelles, concours de nouvelles et tectonique des pla(n)que... Ah ! Les ambiguïtés sémantiques, les homophonies approximatives… Comme tous les matins en me levant, je cherche quels nouveaux podcasts viennent réjouir nos oreilles et notre mental. Et je t...
Visite virtuelle de l'église Saint-Pierre d'Aulnay en Charen... L'église Saint-Pierre à Aulnay (en Charente-Maritime) est célèbre pour son remarquable décor sculpté qui se développe tant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Elle est inscrite sur la liste du patrimoine ...