Podcast les Mascarons de Bordeaux en slow

  • Catégorie : Bordeaux Métropole
Des hôtels particuliers aux constructions modestes, plus de 3000 visages de pierre au répertoire inépuisable ornent des centaines de façades, les fauves grimaçants, animaux fantastiques, anges joufflus, visages grimaciers ou narquois rivalisent avec Neptune ou Bacchus
Des hôtels particuliers aux constructions modestes, plus de 3000 visages de pierre au répertoire inépuisable ornent des centaines de façades, les fauves grimaçants, animaux fantastiques, anges joufflus, visages grimaciers ou narquois rivalisent avec Neptune ou Bacchus

L'écrivain bordelais Michel Suffran évoquait "une ville entière de masques" et "un théâtre chimérique". Ironie de l'histoire : depuis le 31 août, le port du masque est devenue obligatoire dans le centre-ville de Bordeaux sous certaines conditions ..  Mais c'est une autre figure historique qui .....

.... nous fait rêver, ces plus de 3000 visages sur les façades de Bordeaux. Imaginez, tous ces visages masqués tournés vers les mascarons...

A l'origine les artistes de la Renaissance empruntent à l'Antiquité l'idée de ces figures décoratives. Le mascaron, dit Augustin-Charles d'Aviler en 1691 : « est une tête chargée ou ridicule, faite à fantaisie, comme une grimace, qu'on met aux portes, grottes, fontaines… Ce mot vient de l'italien Mascharone, fait de l'arabe Mascara, bouffonnerie ». 

Bordeaux, une ville entière de masques : les mascarons de Bordeaux en slow


Au XVIIIème siècle, Bordeaux, avec le Port de la lune est prospère (commerce du vin, du sucre... des esclaves), et nombre d'architectes ( Jacques Gabriel et son fils Ange-Jacques Gabriel, Etienne Laclotte, André Portier, Victor Louis, Nicolas François Lhote, Louis Combes, Richard-François Bonfin...) créent des mascarons.

Et si on oubliait les circonstances historiques pour entrer dans une "balade slow" habitée de visages, visages de dieux antiques, de carnaval, d'anges, d'africains, de fauves, de symboles maçonniques, juifs, chrétiens... 

Mieux encore, des visages qui nous parlent directement, comme d'esprit à esprit, hors du temps, comme si nous étions à la fois ici, maintenant, notre visage tendu vers le ciel, et qu'un autre visage, de pierre, nous retienne et nous projette, à la Proust, dans une mémoire involontaire, une réminiscence aléatoire et improbable, le visage de nos mémoires enfouies, le visage des turpitudes esclavagistes de nos ancêtres, le visage ironique de la vie, le visage lunaire à la fois présent et passé, de rêve et de nostalgie... et tant d'autres. 

Mascarons de Bordeaux

 


 

Articles similaires

Bordeaux en automne : les arbres magnifient la ville Les arbres et la ville de Bordeaux, c’est un peu "je t’aime moi non plus". Qu’ils disparaissent et cela peut faire perdre une élection, en enlever un pour Noël, et de suite la presse nationale s’en mê...
Salon du Bien-être, Bio et Thérapies de Bordeaux Bordeaux reçoit le salon du Bien-être où l'occasion est donnée de rencontrer les multiples professionnels, de participer  à des dizaines de conférences, et transforment une tendance en véritable ...
"Bordeaux, ombres & lumières" : un quart de siècle de Bordea... "Bordeaux, ombres & lumières" publié aux Editions Sud-Ouest présente le regard humaniste du photographe François Ducasse sur son Bordeaux des années Chaban. Photographe de presse, François Ducasse...
Cadillac Côtes de Bordeaux : un millésime 2020 pas comme les... La région de Cadillac est connue pour ses paysages mais on oublie souvent le travail des hommes et des femmes qui façonnent les coteaux. Leur engagement permet de produire des vins de grande qualité e...
Bordeaux : un nouveau chantier de refit de yacht La filière refit bouge sur le port de Bordeaux et les chantiers se succèdent. Après le YERSIN (toujours présent), et le BOUGAINVILLE, c’est au tour du yacht ICE ANGEL de se présenter sur les quais bor...