Bordeaux commémore l'esclavage, la traite négrière et leurs abolitions

  • Catégorie : Bordeaux Métropole
Bordeaux a entamé il y a plusieurs années un important travail de mémoire, qui s'est traduit par différentes actions, dont la pose d'une plaque commémorative sur les quais en 2006 et  l'inauguration  de  salles  permanentes  dédiées  à  l'esclavage  et  à  la  traite  négrière au Musée d'Aquitaine en 2009
Bordeaux a entamé il y a plusieurs années un important travail de mémoire, qui s'est traduit par différentes actions, dont la pose d'une plaque commémorative sur les quais en 2006 et l'inauguration de salles permanentes dédiées à l'esclavage et à la traite négrière au Musée d'Aquitaine en 2009

En France métropolitaine, le 10 mai est depuis 2006, la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition. A cette occasion, la Ville de Bordeaux organise la Semaine de la Mémoire. L’occasion pour la France d’honorer le souvenir et  ....

.... les résistances des esclaves et de commémorer l’abolition de l’esclavage. Et pour Mémoires & Partages de poursuivre son travail de mémoire avec plusieurs évènements du 3 au 30 mai, avec le soutien d’institutions publiques et de collectifs citoyens.

Esclavage Cette année, Mémoires & Partages a choisi de placer ces journées autour de la traite des noirs au Sahara et ses conséquences dans le sort des migrants aujourd’hui. Cette question a peu été abordé dans les mobilisations citoyennes. Pourtant la Méditerranée fut marquée longtemps par l'esclavage. Aujourd'hui c'est par là que partent les migrants qui cherchent à gagner l'Europe et ne font parfois que s'y échouer sans vie.

La métropole, Bordeaux, est un lieu de mémoire de la traite des noirs et de l’esclavage colonial. Premier port colonial et deuxième port négrier, Bordeaux porte les stigmates d’hier et accueille de nombreux migrants aujourd’hui. Bordeaux a été, entre la fin du 17ème siècle et le début du 19ème, le premier port colonial pour le commerce en droiture et le troisième pour la traite négrière. 150 000 esclaves ont été déportés. Ces crimes contre l’Humanité ne peuvent être effacés ni réparés. Mais cette histoire doit être assumée et regardée en face, car l’esclavage produit encore ses effets. Les théories racistes continuent encore aujourd’hui à fracturer la société et servent de légitimation à la haine

En partenariat avec la Ville de Lormont, Darwin et plusieurs associations, le Sahara face à l’esclavage invite de remarquables créateurs et chercheurs du 3 au 30 mai.

Plusieurs temps forts

L’indispensable travail de mémoire se concrétise cette année à Bordeaux par de nouveaux espaces mémoriels dévoilés pendant cette Semaine de la Mémoire : statue à l’effigie de Modeste Testas, esclave achetée au 18ème siècle, Square de la mémoire autour du buste de Toussaint-Louverture, Jardin de la mémoire au Jardin Botanique… autant d’actions qui visent à faire connaître et à reconnaître ce triste passé.

  • 3 au 16 mai - La Ville de Lormont accueille la cérémonie officielle de la 14e journée nationale du 10 mai de commémoration de l’abolition et des résistances contre la traite des noirs et l’esclavage.
  • 17 au 30 mai - A Bordeaux, à Darwin, installations artistiques et grande conférence aborderont les héritages de l’esclavage dans les pays arabo-musulmans.
  • Une GRANDE MARCHE CONTRE L’ESCLAVAGE ET POUR L’EGALITE est organisée le 11 mai de la Place de la Victoire en partenariat avec plusieurs associations mobilisées pour dénoncer les trafics et exploitations d’aujourd’hui.

Hommage à Haïti

S’il est primordial de commémorer le passé, il est aussi important de se préoccuper du présent. C’est la raison pour laquelle la Ville de Bordeaux a engagé un partenariat avec Haïti, anciennement Saint-Domingue, où de nombreux Bordelais avaient des plantations. En soutenant différents projets d’assainissement ou d’agroécologie sur l’île, Bordeaux participe à son niveau au développement et au redressement d’Haïti, en grande souffrance ces dernières années. Pendant toute la Semaine de la Mémoire, de nombreux hommage seront rendus à Haïti et aux Haïtiens qui ont combattu pour leur liberté, aux artistes et à toutes celles et ceux qui font vivre la mémoire de l’île.

DARWIN – Esclavage et identités noires au Maghreb
[17 au 30 mai]

Dans le cadre du Mois des mémoires des résistances et de l’abolition de l’esclavage colonial, Mémoires & Partages explore un pan oublié de l’histoire. Souad El Maysour et Chouki El Hamel sont les grands témoins de cette première exploration citoyenne et militante des héritages de l’esclavage au Maroc.

En partenariat avec Darwin, l’éco-système de la Caserne Niel, des expositions et conférences vont rythmer la 2e quinzaine du mois de mai.marocnoir

Au-delà de l’abolition, ces journées devraient engager une réflexion générale sur l’ensemble de la mémoire de l’esclavage si longtemps refoulée. L’occasion aussi de s’interroger sur la façon dont cette mémoire peut trouver sa juste place dans nos sociétés. La volonté enfin de développer la connaissance de cette tragédie. Enrichir notre savoir c’est le moyen de rétablir des vérités.

L’objectif, pour Karfa Sira Diallo, directeur de Mémoires & Partages, est « de révéler les violences et dominations sous-jacentes qu’elles soient en Occident ou en Orient, de défendre la liberté par le marquage de notre fidélité aux luttes pour l’égalité ».

Cette année, Mémoires & Partages a choisi de placer ces journées autour de la traite des noirs au Sahara et ses conséquences dans le sort des migrants aujourd’hui. Cettequestion a peu été abordé dans les mobilisations citoyennes. Pourtant la Méditerranée fut marquée longtemps par l’esclavage. Aujourd’hui c’est par là que partent les migrants qui cherchent à gagner l’Europe et ne font parfois que s’y échouer sans vie.

Notre métropole, Bordeaux, est un lieu de mémoire de la traite des noirs et de l’esclavage colonial. Premier port colonial et deuxième port négrier, Bordeaux porte les stigmates d’hier et accueille de nombreux migrants aujourd’hui.

Partir de ce constat permet de mettre en avant des trajectoires de vies des esclaves d’hier, des migrants d’aujourd’hui que nous pourrons comparer : le déracinement des pays d’origine, l’implantation dans un autre territoire, la difficulté à conserver sa culture mais aussi la possibilité de la transmettre ou de participer à la production de référents (littéraires, musicaux, culturels…) métissés dans le pays d’accueil. Partir de ces déplacements permet aussi de mettre en avant des territoires qui parfois ont connu hier l’esclavage et aujourd’hui des vagues de migrations plus ou moins bien acceptées.

C’est donc quelques-uns de ces parcours qui seront mis en lumière à travers différentes activités qui auront lieu du 3 au 30 mai autour de la thématique : « le Sahara face à l’esclavage ».

MAROC NOIR

François-Dominique Toussaint Louverture est né vers 1743 près du Cap-Français (actuel Cap-Haïtien). C'est un esclave qui joue un rôle historique majeur comme chef de la Révolution haïtienne (1791-1802) ; il est considéré aujourd'hui comme une des grandes figures des mouvements anticolonialiste, abolitionniste et d'émancipation des Noirs.

Articles similaires

Record de passage de Milan royal sur le col d'Organbidexka Suite au record des cigognes noires recensées sur le col d'Organbidexka quelques jours plus tôt, c'est le Milan royal qui vient de dépasser les effectifs journaliers recensés les années précédentes. D...
Migration : passage de 5 032 milans noirs sur Organbidexka Alors que la saison de migration bat son plein, le mardi 06 août, 5 032 milans noirs ont été recensés par les observateurs de la LPO Aquitaine sur le col d'Organbidexka (Forêt d'Iraty, Pyrénées-Atlant...
Milan royal : le souverain des Pyrénées Plus de 5500 Milans royaux font le choix des Pyrénées pour passer l’hiver. Le relief vallonné du piémont pyrénéen est un véritable sanctuaire pour la nature. Une mosaïque de milieux offre une zone ref...
Les Pyrénées, une terre d’accueil pour les Milans royaux ?..... Deux chiffres records pour le Milan royal cette année dans les Pyrénées. 7550, c’est le nombre de Milans royaux enregistré lors du comptage européen de janvier. Près de 200 observateurs appartenant à ...
Sarlat : chasse aux œufs de Pâques La ville de Sarlat profite du grand week-end de Pâques, pour proposer une chasse aux œufs gratuite pour tous ceux qui n’ont pas forcément de jardin pour y cacher des œufs. Chaque année, petits et gran...