CHU de Bordeaux : le Cancer du rein en ambulatoire

  • Catégorie : Bordeaux Métropole
Urologie : CHU de Bordeaux , 1er centre international développant le traitement chirurgical conservateur du cancer du rein en ambulatoire.
Urologie : CHU de Bordeaux , 1er centre international développant le traitement chirurgical conservateur du cancer du rein en ambulatoire.

Le service d’urologie, andrologie et transplantation rénale du Pr Jean-Marie Ferrière au CHU de Bordeaux, est le 1er centre à l’échelon international à avoir adapté la technique de néphrectomie partielle robotique pour proposer aux patients une prise en charge en ambulatoire1.

Centre de référence de traitement du cancer du rein, le CHU de Bordeaux a depuis 2010 promu l’assistance robotique pour la néphrectomie partielle. Cette évolution technique et l’expertise développée ont été à l’origine, pour cette chirurgie réputée complexe, d’une réduction de la morbidité per et post-opératoire (réduction des saignements, diminution des douleurs, cicatrices plus petites) ainsi que des durées d’hospitalisation et de convalescence.

Urologie : CHU de Bordeaux , 1er centre international développant le traitement chirurgical conservateur du cancer du rein en ambulatoire.Après la mise en place initiale, en 2015, d’un programme de réhabilitation améliorée après chirurgie (RAAC), le développement d’un protocole de prise en charge ambulatoire des tumeurs du rein s’est logiquement imposé. Le protocole « AMBU-Rein », coordonné par le Dr Jean-Christophe Bernhard est soutenu par la DGOS2 et l’INCa3 en tant que projet pilote développant la chirurgie ambulatoire du cancer4. Cette prise en charge innovante s’accompagne d’une évaluation prospective médicale (sécurité et satisfaction des patients) et médico-économique réalisée dans le cadre du Réseau Français de Recherche sur le Cancer du Rein UroCCR (www.uroccr.fr) et s‘inscrivant dans l’action du Comité de Cancérologie de l’Association Française d’Urologie (CCAFU).

Depuis septembre 2016, 14 patients ont déjà bénéficié de ce nouveau « chemin clinique » impliquant une parfaite collaboration pluridisciplinaire médicale et paramédicale. L’accent est aussi mis sur la relation ville-hôpital, l’information du médecin traitant et l’éducation pré-thérapeutique du patient par la mise en place d’une consultation infirmière dédiée et l’utilisation d’outils d’aide à la communication par la réalité virtuelle ou l’impression 3D.

Enfin, une majorité des patients pris en charge étant domiciliée hors département, la possibilité de proposer une structure d’accueil hôtelière représente un atout pour le développement de ce type de pratique innovante dans des conditions de confort optimales pour les patients.


Articles similaires

Château Rousselle les Côtes de Bourg, en mode direct Le Château Rousselle porte, sur sa partie la plus ancienne, l'année de sa construction : 1636, preuve s'il en était besoin que sa vocation viticole ne date pas d'hier. Mais lo...
Lisa Garnier : psychologie positive et écologie La science reconnait pleinement aujourd’hui l’importance pour l’homme de la relation. Le lien, aussi, avec la nature, nous est indispensable. Elle a un pouvoir de fascination sur notre cerveau, s...
Des masques grand public efficaces à 96% produits en Nouvell... Face  à la menace des variants anglais, brésilien et Sud-Africain du Covid-19, 40 à 70% plus contagieux que le virus contre lequel nous luttons depuis le printemps 2020, le Haut Conseil de S...
Pessac : lancement d'un plan de sécurité renforcé Suite aux évènements du 31 décembre survenus sur les quartiers Arago/ La Châtaigneraie et Saige et la dégradation du climat ambiant en matière de tranquillité constatée depuis plusieurs années sur ces...
Labellisation de la Réserve de Ciel Etoilée du Pic du Midi 40 000 points lumineux concernés par l’amélioration des éclairages, 251 communes dont d'aussi importantes que Lourdes et Lannemezan, 87 500 habitants, 65% du département des Hautes-Pyrénées… la labell...