Bordeaux : le fifib Festival du Film Indépendant

  • Catégorie : Gironde

INDEX DE L'ARTICLE

Festival International du Film Indépendant de Bordeaux – FIFIB - du 15 au 21 octobre : 82 films projetés dans 10 lieux de bordeaux dont 36 en compétition officielle française et internationale
Festival International du Film Indépendant de Bordeaux – FIFIB - du 15 au 21 octobre : 82 films projetés dans 10 lieux de bordeaux dont 36 en compétition officielle française et internationale

Le Festival International du Film Indépendant de Bordeaux, dit fifib, défend le cinéma indépendant mondial. Il a vocation à rendre compte de toutes les formes d’indépendances: d'esprit, de liberté de création et d'innovation. Le Festival International du Film Indépendant de Bordeaux : des étoiles plein les yeux.

Gros plan sur un festival haut en couleur qui propose de mettre en lumière le cinéma indépendant mondial. Une véritable plongée dans l'ombre du 7ème Art où se rencontrent professionnels et amateurs du cinéma indépendant.

En 2018, le festival a rassemblé plus de 26 000 festivaliers, et depuis huit ans, il bénéficie de la présence de représentants prestigieux du cinéma mondial, d’artistes et de musiciens venus défendre l’indépendance d’esprit et de création à Bordeaux. Le 8ème fifib aura lieu du 15 au 21 octobre 2019. Il proposera des films, des concerts, des invités surprenants et venus de loin.

En 2019, le FIFIB Festival International du Film Indépendant de Bordeaux s’est restructuré pour mieux grandir et a renforcé son ambition : le rayonnement à l’international. Natacha Seweryn et Edouard Waintrop sont les nouveaux directeurs de la programmation aux côtés des deux fondatrices du festival : Pauline Reiffers (directrice de production) et Johanna Caraire (directrice artistique). Si la programmation de cette 8e édition ne répond à aucun thème, elle compte autant de solitudes que d’amants, autant de peurs que d’espoirs.

affiche 120x176 fifib 2019 credit fifibLes personnages en quête d’idéal ou de destructions s’y font multiples et empruntent des trajectoires qui s’opposent. Tous, pourtant, convoquent des émotions qui haranguent nos tripes, et dansent, prient, se battent, brûlent pour trouver une issue, une lueur… le calme intérieur ? S’impose leur désir le plus ardent : remplacer le besoin par l’envie.

Avoir envie de miracle et voir Alejandro Jodorowsky, psychomagicien, libérer les Hommes de leur « cage mentale ». Rentrer dans le pavillon des virtuelles réalités, accéder à des perceptions multicolores, avant d’approcher les mystères de la croyance, du sacré et des rituels chez Clément Cogitore. Sauver le monde avec Zal Batmanglij, créateur de la série culte (Save) The OA et star récemment déchue par Netflix. Se repaître d’émotions fortes et violentes, fascinantes et cathartiques avec James Gray, auteur tragique par excellence. S’octroyer des envies extrêmes avec Roxane Mesquida, actrice à l’audace libératrice, puis exorciser ses démons avec Charles Burns. Enfin, refuser la soumission avec « Douce France », programmation qui célèbre des réalisateur.rice.s pour qui faire du cinéma est un acte politique.

Alejandro Jodorowsky et James Gray, invités d’honneur

La présence du légendaire réalisateur aux multiples talents, Alejandro Jodorowsky, constitue l’occasion parfaite de découvrir son dernier film Psychomagie, un art pour guérir, et d’assister à une masterclass de cet artiste pluriel, à la fois cinéaste, romancier, poète, auteur de bandes dessinées et essayiste mystique.

a jodorowsky credit pascale montandon jodorowsky

James Gray n’avait que 25 ans quand il fit irruption dans notre imaginaire avec l’étonnant Little Odessa, un film noir profond. Depuis, il ne l’a plus quitté avec, entre autres, le sombre La Nuit nous appartient, le mélancolique Two Lovers… ou encore Ad Astra, son dernier opus avec Brad Pitt en orbite, qui a enthousiasmé la Mostra de Venise. La présence exceptionnelle du réalisateur new-yorkais viendra lui aussi à Bordeaux pour une masterclass exceptionnelle.

Focus sur trois artistes inclassables

Roxane Mesquida, actrice des extrêmes, est libre, sulfureuse, sans peur et sans reproche. Cinéphile à l’excès, à l’image de sa carrière excentrique, la comédienne explore les marges. Elle serpente de Catherine Breillat à Philippe Grandrieux en passant par Kim Chapiron. Elle joue les sorcières pour Gregg Araki qui lui ouvre les portes de Hollywood, est fatale pour Quentin Dupieux jusqu’à l’obsession… Sa filmographie déjantée offre l’une des plus belles collections de réalisateurs indépendants aux univers forts et singuliers.

Zal Batmanglij, avec l’actrice et co-scénariste Brit Marling, pratique un cinéma ambitieux, profondément contemporain. Il compose une oeuvre à la fois ludique et inquiétante qui questionne, à la croisée du cinéma de genre, de l’expérimentation poétique et du thriller, le pouvoir des histoires qu’on se/nous raconte. Sound of my Voice, The East et sa série phénomène The OA sont de pures expériences de spectateurs qui bousculent tout sur leurs passages.

Clément Cogitore, formé aux Beaux-Arts de Strasbourg et au Fresnoy, présente cinq de ses films, en lien avec l’exposition de son travail de vidéaste à la Base sous-marine. Cinéma, art contemporain, opéra : son travail se caractérise par la multiplicité des terrains qu’il investit et des conceptions du monde qu’il y conjugue. Des polarités multiples s’y côtoient pour créer des zones de troubles, interrogeant nos certitudes, et nous faisant prendre conscience que nous sommes certainement, nous aussi, des zones de rencontres.

Carte blanche à Charles Burns .…
.... projection, rencontre, exposition

Le FIFIB accueille le talentueux illustrateur américain Charles Burns, auteur des bandes dessinées cultes Black Hole et Toxic, primé au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, récompensé six années de suite au prix Harvey et lauréat du prestigieux Eisner Award. Dans le cadre de sa carte blanche, il a choisi de proposer au public de voir ou revoir L’Invasion des profanateurs de sépultures de Don Siegel (1956). En parallèle, le FIFIB organise, en partenariat avec les éditions Cornélius, une rencontre en présence de l’auteur à Station Ausone, ainsi qu’une exposition autour de son prochain livre et de Love Nest, au Village Mably.

Les nuits du FIFIB !

Le Village du FIFIB, situé en plein coeur de la ville de Bordeaux, est ouvert tous les jours à partir de 9h30. Vous pouvez y boire des cafés, du vin et de la bière, manger un bon plat préparé avec amour. Tous les soirs, le Village du FIFIB, se transforme en cinéma en plein air et en dancefloor géant avec une programmation gratuite et ouverte à tous. Ces soirées mélangent musique, cinéma et arts plastiques, avec l’envie de sortir le spectateur des sentiers battus.

À l’image du festival, la programmation musicale est indépendante, exigeante et réjouissante. Sur mesure pour vos corps et vos coeurs survoltés.

Les lieux du festival à Bordeaux

  • VILLAGE MABLY 3 rue Mably, ouvert du 15 au 21 octobre, de 9h30 à 00h, jusqu’à 2h les vendredi 18 et samedi 19
  • UTOPIA 5 place Camille Jullian
  • CGR LE FRANÇAIS 9 rue Montesquieu
  • UCG CINÉ CITÉ 13-15 rue Georges Bonnac
  • STATION AUSONE (MOLLAT) 8 rue de la Vieille Tour
  • FABRIQUE POLA 10 quai de Brazza
  • LA MECA 54 quai de Paludate
  • BASE SOUS-MARINE Boulevard Alfred Daney
  • GRAND-THÉÂTRE DE BORDEAUX Place de la Comédie
  • BIBLIOTHÈQUE MÉRIADECK 85, cours Maréchal Juin

L'association Semer le doute

Créée en mars 2011 à Bordeaux, l’association Semer le doute rassemble des amoureux du cinéma indépendant soucieux de créer des passerelles entre les films, ses auteurs et le public bordelais, girondin et aquitain, dans un esprit de convivialité et d’échanges.

"Son nom aux consonances énigmatiques résulte d’un questionnement sur le sens et la portée du cinéma actuel. La plongée en salle obscure nous invite à nous interroger, à oublier nos convictions, pour nous emmener là où on le soupçonne le moins. Et au-delà d’une simple vision du cinéma, c’est un véritable engagement artistique et social qui anime l’équipe de Semer le doute. Par divers moyens d’actions - l’organisation d’un festival grand public et professionnel et la mise en place d'ateliers d'éducation à l'image – l’association souhaite créer une dynamique créative sociale et économique autour du cinéma."

Consulter le site internet du Festival : www.fifib.com