dimanche 23 août 2015 16:18  Marc Chaillou

Sames

(Ville - Commune)

   

Le bourg
64520 Sames
Pyrénées-Atlantiques

http://www.pays-de-bidache.fr

Entre Adour, Bidouze et Gaves réunis, le village de Sames arbore un patrimoine historique et naturel très riche. De château en maisons nobles, de maisons de caractère en petit patrimoine, le visiteur découvre ou redécouvre l’histoire du duché de Gramont, l’histoire de l’Ordre de Malte, ou ....

.... tout simplement la vie des habitants d’un village-clef aux confins de la Gascogne, sur les bords du fleuve Adour. Le village est très marqué par la présence de l’eau : Sames est en effet un pays de pêcheurs (anguilles, saumons) et de traditions.Le village possède deux ports principaux et de nombreuses cales et appontements.

Le village de Sames était autrefois un carrefour important pour le transport fluvial de marchandises et de personnes.

Aujourd’hui, Sames se trouve dans un paysage de zones inondables naturelles, appelées « barthes ». Ces « barthes » transformées autrefois en polders par les Hollandais et aujourd’hui asséchées et cultivées, ont permis le développement de la culture du kiwi, du mais et bien entendu l’élevage de la race équine Anglo-arabe. Cette race issue de croisement de chevaux arabes et anglais – alliant l’endurance et la légèreté à la puissance et à la vitesse - est aujourd’hui mise en valeur par les Haras ( anciennemment nationaux) présents sur la commune.

La route le long du fleuve Adour mène à Bayonne, offre de somptueux points de vue suivant la luminosité du jour. On peut y observer tout le long de la vallée de l’Adour, des nids de cigognes venues s’y installer depuis une vingtaine d’année. Leur population ne cesse de s’accroitre, et on compte soixante dix lieux de nidification à ce jour.

De nombreux oiseaux migrateurs (cygnes blancs, grues cendrées…) viennent également se reposer en hiver et au printemps dans les plaines des communes de Guiche et Sames, avant leur départ vers les pays chauds.

Les Gaves Réunis - Gave, terme gascon qui signifie « rivière »

On appelle Gaves réunis la portion de 10 km qui sépare la confluence du gave de Pau et du gave d'Oloron de la confluence avec l'Adour. Cette portion regroupe la quasi-totalité des 2 gaves d'où son nom.

Eglise du XIVe sècles

L'église de l'Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie date en partie du XIVe siècle. Elle recèle un ensemble de deux autels secondaire du XIXe siècle, une Vierge à l'Enfant sculptée et du mobilier inventorié par le ministère de la Culture.

La particularité de l’église, qui date du 14e siècle, réside dans son porche couvert construit postérieurement, surmonté d’une salle haute qui servait autrefois de mairie. Sous le porche, le portail d’entrée est à quatre voussures en arc brisé avec des chapiteaux à têtes humaines et bénitiers encastrés. Par la porte murée au nord passaient les cagots qui n’avaient pas le droit d’enter par la grande porte.

La culture du Kiwi

Ancestralement cultivée en Chine comme plante d’ornement, « l’Actinidia » de son nom latin, était utilisée pour lutter contre la fièvre. Importés au début du siècle en Nouvelle-Zélande, le kiwi arriva à la même époque en France en 1904 (à Selva Brancolar près de Nice) et en 1920 (au Jardin des Plantes de Paris).

Il y a 30 ans, sur les abords de l'Adour, quelques producteurs ont cru au développement d'un kiwi français. Cultivé au pied des Pyrénées par 350 producteurs, le kiwi de l'Adour est le seul kiwi à bénéficier de la certification officielle Label Rouge. Il tient sa qualité exceptionnelle du terroir naturellement riche et un climat océanique doux. Avec 1/4 de la production nationale, les Pays de l'Adour représentent aujourd'hui le plus grand terroir kiwicole de France.

On trouve sur les communes de Sames et de Guiche, du kiwi vert et jaune, à très forte teneur en vitamines C, (94mg pour 100g), et 27mg de magnésium. Vous pouvez ramener quelques spécimens à partir du mois de novembre.
Producteurs signalés sur affichages. Renseignements Tél : 05 59 56 03 49

Sames