dimanche 23 août 2015 16:16  Isabelle Chanut

Bergouey-Viellenave

(Ville - Commune)

   

64270 Bergouey-Viellenave
Pyrénées-Atlantiques

http://www.pays-de-bidache.fr

Le bourg de Bergouey est très intéressant au niveau architectural. D’une part, les plans cadastraux du village révèlent qu’une partie du bourg actuel présente une morphologie caractéristique d’un castelnau : on retrouve en effet des parcelles implantées de façon régulière de part et d’autre d’un axe central orienté nord-sud.

D’autre part, on retrouve un style architectural représentatif du Bas-Adour avec des « maison-bloc », ayant pour caractéristique majeure de réunir sous un même toit lelogis, l’étable et les pièces à destination agricole.

Les plus anciens écrits relatifs à la commune remontent à 982, époque où Bergouey Viellenave se nommait Bergui. La commune actuelle, née de la fusion de Bergouey et de Viellenave sur Bidouze en 1973, porte comme nom basque Burgue-Erreiti. D’un point de vue culturel, elle maintient une tradition gasconne.

Son emplacement stratégique en bordure de la Bidouze, au carrefour de la Gascogne, la Navarre, le Béarn et la Basse Navarre et ses points de vue dominants, furent reconnus par les Seigneurs de Gramont qui y implantèrent leur premier château en 1040. Bergouey venait d’être fondée. Le château reçu le nom d’Agramont qui plus tard donnera le nom de Gramont.

L’histoire de la commune de Bergouey-Viellenave fut aussi très marquée par la religion, en particulier par le passage des pèlerins qui se rendaient à St Jacques de Compostelle par la « Via Turonensis », connue aujourd’hui sous son appellation française « Voie de Tours ». Ainsi, au cours du XIIe et XIIIe siècle, la commune vit se développer une importante activité religieuse laissant comme témoignage architectural l’église de Viellenave, la maison Laborde-Ospital (ancien hôpital ou auberge pour les pèlerins) et le pont romain où l’on récoltait un droit de passage.

Le pont dit « romain »

Le pont dit « romain » a été construit dans la 1° moitié du 12° siècle. C’est un pont à 4 arches reposant sur des piles avec avant-becs à éperon triangulaire. De cette époque, il ne conserve que des refuges semi-circulaires, disposés de chaque côté de la chaussée et des avant-becs à éperon triangulaire. Le pont était lié à un péage à chacune de ses extrémités.

Il était propriété des seigneurs de Gramont au moins jusqu'à la fin du 17° siècle. Les arches ont été reconstruites aux environs de l’année 1753, cette date est portée sur la deuxième arche. Le tablier du pont a été élargi en 1905. Sur la face amont du pont, les clefs des trois premières arches sont respectivement décorées d’une marguerite stylisée, d’une tête humaine et d’une croix pattée.

En contrebas du parking de l’église on peut voir les vestiges du premier pont romain sur le « Meherete ». Tables et bancs de pic nic installées au bord de la rivière.

Le moulin de Bergouey

Le moulin est cité dès le 2° quart du 12° siècle dans le cartulaire de l’abbaye Saint-Jean-de-Sorde. Il est enlevé vers 1135 à l’abbaye de Sorde, par Vivian I de Gramont. Agrandi au cours du 17° siècle (portes et fenêtres chanfreinées, fenêtres à ébrasement intérieur), le moulin est resté propriété des ducs de Gramont jusqu’au 27 octobre 1839. Certaines ouvertures ont été remaniées au 19° siècle avec des encadrements en briques. Le moulin possède à l’intérieur, une immense salle de trois paires de meules de 1,50 m de diamètre actionnées par un axe vertical, une série de pignons montés sur un axe horizontal.

A l’étage, le logis conserve une cheminée à l’Est et un ancien four à pain qui déborde à l’angle sur l’élévation Sud. Le moulin a été acheté pratiquement en ruine en 2003 par M. Boncheau et M. Morio, et sa rénovation est quasiment terminée.Bergouey-Viellenave-02

Eglise Saint-Jacques-le-Majeur à Viellenave

L’église a été construite dans le milieu du 13° siècle. Ancienne chapelle prieurale, elle était rattachée à un prieuré et à un hôpital de pèlerins. Comme l’église d’Arancou, l’édifice se situe à une époque charnière entre le Roman et le Gothique. En 1857-1860, l’église est réparée et agrandie selon les plans de l’architecte Charles Besoin : adjonction d’une travée supplémentaire dans la partie occidentale et construction d’un clocher. Elle a été restaurée en 1980.

Elle comporte une nef unique percée d’étroites fenêtres en arc en lancette, un abside à 3 pans avec fenêtres en arc en lancette. Sur l’élévation sud, tourelle d’escalier polygonale fortifiée hors oeuvre. Sur l’élévation occidentale, portail ébrasé en arc en plein-cintre avec colonnettes, 4 rouleaux sous archivolte, petits chapiteaux à bourgeons, marguerites stylisées et feuillages.

Près de l’église, des noms de fermes et de maisons témoignent de l’ancienne présence des hôpitaux de pèlerins : maison l’Hôpital et ferme « La Borde Lespitau » ou « Laborde Ospital » (Espitau = Hôpital en Gascon).

Le Lavoir de Viellenave

Ce lavoir possède un petit bassin maçonné, creusé dans le sol, en bordure de la rivière « Bidouze » et se trouve entouré d’un muret de pierre. Quelques marches permettent de descendre vers le bassin. Il ne possède pas de toiture, et comporte trois planches à laver, en pierre plate.Ferme OyharcabalFerme Oyharcabal - Crédit photo - Mr et Mme Oyharçabal

Ferme Oyharcabal

Daniel Oyharcabal, éleveur et charcutier, est fier de vous présenter le porc gascon (race de cochons quasiment disparue) élevé en plein air. Vous aborderez l'alimentation céréalière et la particularité de cette race rustique, dont la saveur et la texture de sa viande persillée procure un goût inimitable et apprécié des gourmets.

Visites de l'élevage sur réservation le matin à partir de 10h et le soir à partir de 17h00. Vous découvrirez des produits fabriqués artisanalement et élaborés à l'aide d'ingrédients de notre terroir (sel de Salies de Béarn , piment d'Espelette...) Le savoir faire est indéniable, le résultat savoureux!....

La ferme Brukiza

Découverte de la ferme du Brukiza, de Laurence et Mathieu Bessouat, 2 jeunes qui viennent de s'installer pour proposer du fromage de chêvre bio. Découverte de l’élevage des 120 chèvres, visite de la ferme, des salles d’affinage des divers fromages (Tomme, crottin, fromage frais)
Gratuit. Ouvert les après-midi de 15h à 18h (du mardi au samedi)